Jeudi 15 septembre 2022 – Renaud Payre

A l’occasion de ce premier petit déjeuner de rentrée, le Club de l’OURS a reçu

Renaud Payre

Vice-Président de la Métropole de Lyon délégué à l’habitat, au logement social

et à la politique de la ville

sur le thème

Sortir de la crise du logement 

 Retour sur deux ans de la politique de l’habitat de la Métropole

Voir vidéo

Sortir de la crise du logement

Le logement est un enjeu social : de plus en plus de lyonnais ont de la difficulté à se loger.

Le logement est un enjeu économique : de plus en plus d’entreprises ont de difficultés à trouver du personnel parce qu’il faut les loger.

Le logement est un enjeu écologique : lorsqu’il n’y a pas assez de logements dans la zone d’activité on va habiter à 50 ou 60 km, et pour aller travailler on prend la voiture, faute de RER à la lyonnaise.

Le logement est à la croisée de différents chemins, il faut pouvoir donner la possibilité aux habitants du Grand Lyon de se loger près de leur zone d’activité.

Cela signifie qu’il faut produire plus, ce qui est très difficile à réaliser du fait de la crise économique.

Quels outils sont mis en  place pour contrer les difficultés dues à la crise actuelle ?

Les élus de la Métropole ont pris des engagements :

  • modification du PLUH, plan local d’urbanisme et de l’habitat, en fixant des objectifs en termes de production de logements sociaux en outils réglementaires

 

  • déblocage de zone d’aménagements concertés (ZAC)

 

  • il est anormal d’attendre 10 ans pour développer le ZAC de la Saulaie à Oullins alors que le métro y est arrivé en 2013
  • il y aura une ZAC à Saint Genis Laval, dans le quartier des hôpitaux Lyon Sud
  • il y aura des ZAC dans les quartiers populaires : au mas du taureau à Vaulx en Velin, à Rillieux, à Saint Fons, etc.

 

De fait, lorsque le foncier commence à se raréfier, il faut trouver des solutions. La surélévation des bâtiments en est une.

Que voulez-vous dire aux membres du Club de l’OURS ?

Pour construire, la première mesure, c’est le dialogue. Il faut toujours entendre le point de vue de l’autre. Lyon est une ville de traditions, c’est la Métropole du compromis.

Le pouvoir d’habiter est l’un des principaux pouvoirs qui est menacé de nos jours, notamment pour les classes moyennes.

Le défi pour sortir de la crise du logement vaut la peine d’être relevé à force de volonté et de dialogue.

Voir quelques photos :

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Vendredi 1er juillet – Assemblée générale

‌Oursonnes et oursons se sont retrouvés ce vendredi 1er Juillet au château de Lacroix Laval afin de tenir l’Assemblée Générale du club de l’OURS

Revivez cette journée studieuse et conviviale (voir vidéo)

Le rapport moral présenté par le président note un recul d’activité en 2021 dû à la pandémie de COVID. Cependant le club a bien rebondi puisque le rythme des années précédentes a de nouveau été atteint dès le premier semestre de cette année.
Le rapport financier présenté par le trésorier et les experts comptables du cabinet VEAMA constate la bonne santé financière du club de l’OURS.


Le quitus de ces 2 rapports sera donné à l’unanimité des membres présents et représentés.

Le déjeuner est  préparé et servi par les élèves du CFA de la gastronomie, arrosé d’un château de Nalys, châteauneuf-du-pape blanc et d’un Guigal Crozes-Hermitage rouge  

Le Club de l’OURS lors du déjeuner préparé par le CFA de la Gastronomie au Château Lacroix Laval.

Les projets du Club de l’OURS

Les perspectives d’action pour les mois à venir ont été présentées :

–  Une quinzaine de petits déjeuners sont programmés

–  Deux visites conviviales ont déjà été organisées en ce début d’année : « Aux halles de St. Etienne et la biennale du design » +  » A la chaufferie biomasse de Surville ».

–  La soirée sous le chapiteau du cirque MEDRANO aura lieu fin Octobre début Novembre–  Les Trophées du Bâtiment et de l’Immobilier, organisés en collaboration avec Le Progrès auront lieu le jeudi 13 Octobre à l’Espace Tête d’Or.

–  Le dîner de gala aura lieu le 20 Octobre dans les salons de l’Hôtel du Département grâce à son président Christophe Guilloteau.


–  Enfin, l’engagement du club de l’OURS dans le cadre d’une convention de partenariat avec l’Entreprise des Possibles créée par Alain Mérieux, sera perpétué grâce à la générosité des membres du club auxquels il est fait appel dans le cadre de leurs compétences.

Quelques photos de cette belle journée conviviale

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Jeudi 16 juin 2022 – Sylvain Grataloup

Ce jeudi, oursonnes et oursons ont reçu

Sylvain GRATALOUP 

Vice-Président UNPI France – Président de l’UNPI 69 & Métropole de Lyon

sur le thème

« Être propriétaire à LYON et ailleurs…, 

Hier, aujourd’hui et demain… »

Les propriétaires sont inquiets car il leur est demandé d’appliquer un grand nombre de nouvelles règles et normes lourdes à mettre en place et qui ont un coût important mais dont ils ne voient pas la contrepartie.

La conséquence la question est de savoir s’il est opportun de conserver un bien  immobilier.

Quel impact de l’encadrement des loyers ?

Il y a un problème de logement à Lyon qui est évident. Ce n’est pas un problème de prix excessif de loyers puisque ceux-ci ne peuvent pas évoluer en dehors de l’indice de référence des loyers. Ceux-ci augmentent moins que l’inflation.

L’encadrement des loyers a té très mal fait, d’ailleurs les pouvoirs publics vont revoir leur copie, la seule solution pour stabiliser le coût des loyers et de construire, construire et encore construire.

Comment l’UNPI accompagne les propriétaires ?

Les adhérents sont accompagnés dans tous les domaines :

  • le domaine fiscal ou la loi comporte des quantité de petits articles que le propriétaire ne connait pas nécessairement
  • lors de difficultés avec un locataire
  • au niveau national on porte, au niveau du ministère, la voix des propriétaires qui ne sont pas forcément écoutés

Que dire aux membres du Club de l’OURS ?

Il faut être dans une perpétuelle réflexion sur l’évolution de la société, il faut être prêt, quelque soit le secteur professionnel à anticiper l’évolution.

Quand la loi est là, il est souvent trop tard.

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Jeudi 2 juin 2022 – Noël Petrone et Ludovic Scarpari

Le club de l’OURS a reçu ce jeudi un duo d’intervenants

sur le thème

« Faciliter le logement pour faciliter l’emploi »

Noël Petrone

Ludovic Scarpari

Noël PETRONE directeur régional AURA de Action Logement Service a présenté l’équation consistant à avoir plus de facilités à trouver un emploi lorsque l’on a un logement, tout comme il est plus aisé de trouver un logement lorsque l’on a un emploi.

Les deux champs d’intervention de Action Logement (Anciennement 1% logement) sont :


–  La contribution au financement de futurs programmes des bailleurs sociaux ou intermédiaires par des prêts ouvrant droit de réservation pour les salariés d’entreprises


–  Des dispositifs destinés en direct aux salariés leur permettant de se rapprocher de leur lieu de travail.

Noël Pétrone précise que le confort thermique des locataires est facilité par des programmes de Action Logement de rénovation adaptés à l’évolution des contraintes climatiques.

Ludovic SCARPARI, président de In’Li Auvergne Rhône Alpes s’est exprimé dans le cadre des souhaits pour les membres du club de l’OURS.


Les acteurs de l’immobilier ont actuellement une très faible visibilité du marché.


Il est très difficile de réaliser une évaluation fiable du coût de la construction du fait de l’augmentation journalière du prix des matériaux, surtout due à un effet d’aubaine.


Il faut souhaiter que cette instabilité à la hausse se stabilise, bien qu’il soit à peu près certain que nous ne reviendrons pas au niveau de prix d’avant le conflit en Ukraine.

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Mercredi 18 mai 2022 – Visite de la chaufferie de Surville

Ce mercredi matin 18 mai,  oursonnes et oursons se sont rassemblés à Gerland afin de visiter la chaufferie de Surville, la première chaufferie biomasse urbaine de France.

Inaugurée au printemps 2019, elle est reliée au réseau de chauffage urbain de la Métropole de Lyon.

Le site de 4 hectares est situé entre le Port Edouard Herriot et la voie de chemin de fer qui longe la route de Vienne. Son coût de 45 millions d’euros, dont 17,7 millions de subvention Ademe a été financé par Dalkia dans le cadre d’une DSP de 25 ans.

Qu’est ce que la biomasse ?

Il s’agit de l’ensemble de la matière végétale utilisée comme combustible. Le bois déchiqueté issu de forêts de la région (90 km) ou d’élagage urbain, de déchets de scieries et de l’industrie du bois, se présente sous forme de plaquettes.

La biomasse émet, pour produire de la chaleur, 20 fois moins de CO² que le fuel et 10 fois moins que le gaz, de plus cela correspond à la quantité du CO² absorbée par le bois durant la croissance de l’arbre.

La visite

Après un café-croissants dans les bureaux et une séance de présentation, avec explication vidéo du fonctionnement des installations que nous allons visiter, voilà la troupe en ordre de marche afin de mieux comprendre de quel bois on se chauffe.

La salle de contrôle

Attenante aux bureaux, cette salle est impressionnante avec tous ces écrans de contrôle qui tracent le fonctionnement de l’ensemble du réseau chaud, et froid, couvert par Surville.

La bascule

Les camions chargés de résidus de bois sont pesés à leur arrivée. Notre groupe ne fera donc pas exception et sera pesé le temps d’une photo. Il faut noter que si les camions sont également pesés après déchargement, nous ne serons pas pesés à la sortie !

Fosse de dépotage

75 000 tonnes de biomasse sont utilisées par Surville chaque année, ce qui explique l’installation de 2 fosses capables d’accueillir une noria de camions.

Un tri mécanique de la biomasse est réalisé automatiquement  avec un passage devant un aimant pour éliminer les objets métalliques qui seront recyclés.

Le silo de stockage

Au mois de mai, la chaufferie est à l’arrêt, ce qui est plus confortable pour suivre les explications de notre guide.

Le silo de 6 000 m3 correspond à 4 jours de production. Vide, cela ressemble à une église.

Les Chaudières

3 chaudières à bois de 17 mégawatts chacune brulent les plaquettes de bois, jusqu’à 22 tonnes par heure lors des pics de consommation.

Une température de 800° C et 400 tonnes de sable sont utilisées pour maintenir le feu chaque année, avec 750 tonnes de cendres qui sont réutilisées en engrais.

Des chaudières à gaz sont couplés à la suite des chaudières bois afin de produire une puissance d’appoint lors des pics de consommation.

Surville gère également l’énergie issue du traitement des ordures ménagères de Gerland qui est évidemment constante tout au long de l’année. Il est donc nécessaire de disposer de chaudières qui peuvent fonctionner en « stop and Go », d’où le recours ponctuel au gaz.

Nous avons évoqué le recours éventuel au gaz de méthanisation qui donnerait une touche de vert supplémentaire à ce réseau. Un contretemps regrettable a empêché l’ourson de GrDF inscrit pour cette visite d’être des notres ; une intervention de sa part sur le sujet aurait été judicieuse.

Conclusion

L’accueil de l’équipe Dalkia lors de cette visite initiée par l’ourson Christian Barthélémy a été parfait.

Certains ayant déclaré qu’une sortie « bois » devait se terminer par le verre de l’amitié, cela sera réalisé comme il se doit, dans l’établissement voisin « Terrasse et Marmite ».

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Jeudi 19 mai 2022 – Cédric Van Styvendael

Le Club de l’OURS a reçu  Cédric Van Styvendael

 Maire de Villeurbanne

sur le thème

Pour un « Urbanisme fauve ».

Le clin d’œil à l’image du fauve est un parallèle entre la tanière, qui protège la meute, et la ville qui se doit d’avoir un caractère protecteur et désirable pour ses habitants.

Le maire explique la complexité de gérer les éléments naturels que sont l’eau, l’énergie et la terre qui constituent un environnement fluctuant du fait du changement climatique.

La ville doit remettre au cœur de sa façon de penser la question des liens entre les différents acteurs et les différentes fonctions : l’économie, l’activité, les loisirs, la culture, constituent des contraintes à nécessairement prendre en compte.i

La  densité, pour être acceptable, doit laisser la place au végétal, la place au vide et soigner la qualité des espaces publics et des transports en commun.

Il faut passer le message que dans la ville chacun et chacune a un rôle à jouer, tout le monde y a sa place.

Comment appeler à un vigilance accrue concernant le foncier ?

Le maire explique sa conviction de la logique du bien commun. La propriété foncière est un bien qui ne peut pas être laissé entre les seules mains d’intérêts privés et des marchés financiers. Il faut donc une régulation et une intervention du public pour éviter une spéculation qui serait néfaste pour les individus.

Comment mêler urbanisme et socialisme à Villeurbanne ?

La ville doit être créée afin de réduire les inégalités.

Lorsqu’il y a 100 ans Lazare Goujon a créé les gratte-ciel, il a voulu mettre à la disposition des habitants des appartement avec tout le confort moderne et avec un environnement comportant l’accès aux soins, l’accès aux sports, l’accès à la culture.

Le socialisme municipal en matière d’urbanisme vise à ce que les travailleurs aient accès à l’ensemble de la modernité, mais aussi à l’ensemble des droits du citoyen.

Donc oui, dans la manière de faire la ville, il y a un projet politique

Que dire aux membres du Club de l’OURS ?

Pour construire la ville il faut faire des alliances avec l’ensemble des acteurs pour peu que l’on se respecte et que l’on discute dans l’intérêt commun.

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Jeudi 12 mai 2022 – Visite des halles de Saint Etienne

‌Le jeudi 12 mai, oursonnes et oursons se sont retrouvés à Saint Etienne afin de répondre à l’invitation de son maire : Gaël Perdriau.

Regroupement général au parking des Ursules. Le quartier a été construit sur le terrain de l’ancien couvent des Ursulines, donné au XIX è siècle par la congrégation pour construire des halles.
Celles ci ont été édifiées en 1872 dans le style Baltard par l’architecte Louis Mazerat.

L’actuelle municipalité a décidé la rénovation du bâtiment afin de réaliser des  » Halles Gourmandes » et d’en faire un lieu emblématique de l’art de vivre.
Il aura fallu 2 ans de travaux, ralentis du fait de la pandémie, pour enfin inaugurer les lieux en septembre 2021.

Nous serons une vingtaine d’OURS pour l’accueil chaleureux autour d’un café croissants par madame Pascale Lacour, adjointe chargée du commerce et des quartiers centre ville, 
nous serons instantanément mis dans l’ambiance .  .  . conviviale.

La hall de 1 700 m² est bordée de terrasses jardin équipées de tables mange debout et de bancs où chacun peut déguster les produits frais et locaux achetés sur place.
Ce qui est frappant, dès l’entrée, c’est la luminosité ambiante qui donne une image rajeunie des halles d’antan.

24 étals rassemblent les commerçants et artisans des métiers de bouche :
Boulangerie, Pâtisserie, Boucherie, Charcuterie, Poissonnerie, Caviste (Régis Marcon) , Bar à truffe, Fromagerie, Producteur primeurs, Rôtisserie, Epicerie fine, etc.

Des espaces de tables et chaises ( 200 places assises) sont disposés de-ci de-là pour déguster. La décoration uniforme , à base de bois, accentue la convivialité du lieu que l’on s’approprie au côté de commerçants passionnés.

L’heure du déjeuner arrivant à grands pas, nous nous sommes retrouvés sur la terrasse du  » Dame d4 café » situé à l’extrémité de la halle.

Le maire, Gaël Perdriau, nous a rejoint ainsi que Nicole Peycelon, adjointe chargée de la tranquillité

Une inscription à la craie sur un tableau noir avertissait de la présence d’ ours ! Cela pouvait laisser penser un instant que notre troupe risquait de constituer un trouble à la tranquillité du quartier ! Que nenni ! La présence de l’adjointe en charge de ce délicat problème était ni plus, ni moins, qu’un témoignage d’amitié.

Le troupeau s’étant pourléché les babines et régalé les papilles, notamment de spécialités libanaises, il était temps de passer à la suite du programme :
La visite de la Biennale Internationale Design Saint Etienne 2022.

C’est encore grâce à Pascale Lacour que nous pourrons nous procurer les sésames nécessaires pour prendre le bon tramway, dans la bonne direction.
Une dizaine de stations pour rejoindre le musée d’ Art Moderne, Cité du Design, aménagé dans une ancienne usine de la Manufacture d’ Armes et Cycles. La Manu.

Un guide nous fera parcourir quelques unes des 7 expositions afin de découvrir des objets, services et installations représentant comment designers et artistes ouvrent un débat culturel sur le thème de la biennale :  » BIFURCATIONS ».
Notre groupe ayant bifurqué à la sortie des halles Mazerat, nous retournons à notre point de départ en tramway.

Retour à Lyon dans les délais annoncés.
Ce fut une excellente journée, d’autant plus remarquable que la démonstration est faite :

En ce qui concerne l’Art de vivre, lyonnais et stéphanois sont voisins de panier. 

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Jeudi 5 mai 2022 – Bruno Bernard

Le Club de l’OURS a reçu Bruno Bernard

Président de la Métropole de Lyon

sur le thème

 » Le nouveau modèle à la lyonnaise 

un développement ancré dans la transition écologique et sociale « 

Le président Bernard a insisté sur le nouveau modèle de relationnel qui consiste à travailler ensemble, public et privé, afin de répondre aux nouveaux défis du 21ème siècle. Problèmes de défi climatique, d’une meilleure qualité de vie, d’un meilleur équilibre du territoire. C’est ce qu’il faut faire tous ensemble, en concertation.

Voir vidéo :

Les problèmes rencontrés pour appliquer la transition

Notre territoire possède de beaucoup d’atouts et dispose d’un potentiel de résilience, mais il est limité par le manque de capacité du foncier.

Nous avons besoin de construire des logements, sans oublier les problèmes de pollution. Il faut développer les mobilités diverses et notamment les transports en commun

Comment développer la transition dans le contexte de crise actuel

Il y a plusieurs temps en politique

  •      le temps long qui consiste à prévoir
  •      les urgences qui nécessitent de s’adapter. 
  •  

La guerre en Ukraine a un impact important sur l’augmentation des prix de matériaux qui peuvent bloquer des chantiers. Il y a alors nécessité de s’adapter avec les acteurs pour trouver de nouvelles solutions, y compris avec les actions gouvernementales

Que dire aux membres du Club de l’OURS

Les enjeux sont multiples. Certes, il y a de nouvelles contraintes, mais il y a aussi beaucoup d’opportunités pour construire mieux, construire différemment, en créant de nouvelles filières locales.

Nous passons un cap difficile, mais nous avons tous intérêt à y arriver ensemble.

Voir quelques photos :

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Jeudi 7 avril 2022 – Grégoire Boehm

Le Club de l’OURS a reçu

Grégoire Boehm, directeur territorial de Lyon Métropole de GRDF

dans les salons de l’Hôtel de Ville de Lyon

sur le thème

« Le gaz vert » : du producteur au consommateur »

Cette réunion s’est tenue dans les Salons de l’Hôtel de Ville de Lyon, sur invitation de monsieur Grégorie Doucet, maire de Lyon.

Le président Georges Poix remercie monsieur le maire pour son invitation en précisant que les frais habituellement consacrés à la location de salle seront versés à l’association OTM (Ouverture aux Terres Malgaches) que son président Hubert Giroud, présentera en quelques mots en fin de débat.

La présentation du procédé de méthanisation par fermentation de la matière organique, issue de déchets agricoles ou de résidus de récupérations diverses, tel que les boues de station d’épuration, s’est faite par échanges avec des spécialistes sollicités par GRDF.

Monsieur Ludovic Bornet, producteur de gaz biomethane, utilisant les déchets agricoles a exposé les problèmes de rentabilité d’une installation de méthanisation.

Madame Anne Chancrogne, de la Ville de Lyon, a précisé les types et volumes de contrats d’achat de gaz vert par la ville de Lyon, pour alimenter les divers bâtiments municipaux.

Monsieur Yann Noblet de GRDF a précisé les modalité contractuelles et des détails techniques concernant la livraison du gaz vert.

Monsieur Grégoire Boehm a précisé que l’objectif de GRDF était la production de 100 % de gaz vert en 2050. Cette objectif a de grandes chances d’être atteint plus tôt, car l’accélération est actuellement très forte, avec un doublement chaque année de la production, sachant qu’à ce jour, la production annuelle est de 6,6 Térawatts heure.

La réunion s’est terminée autour de l’habituel verre de l’amitié et la convivialité était de mise, grâce à la disponibilité de chacun.

Un grand merci aux membres du Bureau du Club, aux bénévoles de l’UNICEF, toujours aussi souriantes, au vestiaire et à la mise en place du buffet, aux membres de GRDF au service des participants et enfin à l’aimable complicité du service protocole de la Ville de Lyon.

Quelques photos :

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail