Jeudi 21 octobre 2021 – Philippe Layec

Le Club de l’OURS a reçu Philippe LAYEC

Président de la FPI Région Lyonnaise

sur le thème :

« LOGEMENT, UNE CRISE DE L’OFFRE

Comment, ensemble, inverser les courbes ? »

Les chiffres présentés sont parlants et préoccupants :

  • Baisse régulière depuis 2017 dans la Métropole : les ventes cumulées au détail et en bloc 2021 pourraient être inférieures de 40% aux belles années de 2016 et 2017.
  • La forte augmentation, en parallèle, dans les extérieurs de Lyon (+ 100% environ) ne compense pas et nous constatons une baisse des mises en vente, signe de contraction des autorisations de construire.

Les prix s’envolent, normal, avec la baisse de l’offre dans la Métropole : croissant en moyenne d’environ 2% par an entre 2010 et 2017 lorsque l’offre était en augmentation, ils augmentent en moyenne de 5% par an depuis 2017 et même de 7% entre 2021 et 2020.

« Chantier » du PLU-H, élections municipales, crise sanitaire, modification n°3 du PLU-H aujourd’hui peuvent expliquer en partie ces courbes descendantes.

Notre sujet de préoccupation principale, les permis de construire :

2 700 logements « fantômes » dans l’Aire Urbaine de Lyon décomptés sur la période 2020 et premier quadrimestre 2021: 1 000 logements ayant fait l’objet de refus de permis et 1 700 « empêchés ».

C’est notre chantier principal à la FPI Région Lyonnaise et nous le partageons avec la Métropole : il nous faut produire plus dans tous les segments de logements : accession libre, accession abordable (c’est 20% de notre production à un prix moyen de 3 000 € / M² en TVA réduite), BRS, locatif intermédiaire, locatif social.

Voir vidéo

S’agissant de ce dernier segment, notre rôle est primordial car nous, promoteurs, réalisons 70% des logements locatifs sociaux familiaux.

Certes il y a d’autres sujets de discussions :

  • – La modification n°3 du PLU-H dont nous craignions qu’elle ne réduise le potentiel constructif de la Métropole ; nous serons en lien avec la FFB, ABC HLM, l’ordre des architectes, après l’avoir été lors de la concertation, forces de propositions pendant l’enquête publique.
  •  
  • – La transition écologique dont nous partageons la nécessité mais dont nous discutons, en lien avec la Fédération du Bâtiment, le rythme : visons la neutralité carbone en 2050, voire le « fit for 55 en 2030 » mais sans brûler les étapes ; il faut une montée en puissance progressive pour construire les filières.
  •  
  • – Le ZAN
  •  

Et d’autres préoccupations :

  • L’augmentation des coûts travaux
  • La possible prochaine hausse des taux d’intérêt

Mais le sujet des permis de construire est notre « cheval de bataille ».

La Métropole, je l’ai dit, mais aussi l’Etat, avec la commission Rebsamen, se saisissent du sujet :

Action

Cœur de Ville, aides aux Maires Bâtisseurs (aide à la relance de la construction durable), plan friche, financement de l’industrie du bois… mais cela ne suffira pas.

Alors, comment, ensemble, inverser les courbes ?

  • D’abord un diagnostic et un suivi régulier et précis des chiffres avec le CECIM : opérationnel
  • Une communication régulière auprès des élus de la Métropole et des Maires : opérationnel
  • Puis des actions :

o En lien avec la Métropole, réunion trimestrielle, avec Renaud Payre et son équipe, pour traiter des cas de PC en difficultés d’obtention, avec plan d’actions à la clef

o Réunion semestrielle avec la Préfète du Rhône

o Rencontre prochaine de l’Association des Maires du Rhône

o Des pistes pour « travailler ensemble » avec les Maires

o Sur l’acceptabilité de nos programmes par les populations : travail conjoint de communication, réunions publiques…

o Sur les équipements associés, si le déficit est avéré, en lien avec la Métropole : PPI

  • Des débats lancés

o Ne faut-il pas revoir la répartition de la Taxe d’Aménagement ?

  • Des propositions de la FPI tant au niveau national que régional

o Rendre à nouveau éligible, dans le cadre d’expérimentation, des secteurs B2, au PINEL : cela participerait du rééquilibrage territorial souhaité par l’exécutif de la Métropole

o LA RELANCE DE LA CONSTRUCTION C’EST D’ABORD CESSER DE LA RALENTIR

▪ La densité ne doit pas être un sujet tabou : le ZAN est lancé, les CPT vont augmenter ; il faut compenser en autorisant des constructions plus hautes dans les centres urbains

▪ Fixer des densités minimales dans les secteurs urbains tendus

o Compenser la hausse des coûts travaux (RE 2020, chartes locales) par une baisse de la TVA en contrepartie de prix de vente plafonné : créer une offre d’accession

Intermédiaire

o Aider financièrement les Maires bâtisseurs

o L’action judiciaire ne doit intervenir qu’en dernier ressort

En conclusion

  • Les problèmes sont identifiés et la prise de conscience est là.
  •  
  • Le dialogue avec les élus est instauré mais doit s’intensifier.
  •  
  • De premières mesures, insuffisantes sont annoncées : il faut les renforcer et agir de façon pragmatique.
  •  
  • J’espère que de ce petit déjeuner du Club de l’Ours, de nouvelles idées émergeront.

Philippe Layec

Voir photos

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail