Jeudi 10 octobre 2019 – Béatrice Vessiller

Madame Béatrice Vessiller

Vice-présidente de la Métropole de Lyon est intervenue au Club de l’OURS

sur le thème

ÉCORÉNO’V :

pour une rénovation énergétique massive dans

l’habitat sur le territoire métropolitain

Dans le cadre du volet Habitat de son Plan climat énergie territorial, la Métropole de Lyon a engagé une politique ambitieuse d’aide à la rénovation de l’habitat.

Elle vise à réduire les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre du secteur, diminuer les factures de chauffage des habitants, améliorer le confort thermique des logements et lutter contre la précarité énergétique.

C’est pourquoi la Métropole de Lyon a lancé en 2015 la plateforme ÉCORÉNO’V, avec le soutien de l’ADEME et de la Région, pour conseiller et orienter les propriétaires de logements, en maison ou copropriété, vers des travaux de rénovation énergétique et leur apporter des aides financières.

La plateforme est animée par l’Agence locale de l’énergie et du climat (ALEC), qui est ainsi la porte d’entrée pour tous les ménages du Grand Lyon. Les subventions ÉCORÉNO’V se montent à 2 000 € par logement pour des opérations qui permettent de réduire de 35% les consommations d’énergie et 3 500 € si le projet atteint le niveau Bâtiment Basse Consommation (BBC). Les aides sont majorées pour l’utilisation de matériaux biosourcés (isolants en laine de bois, de chanvre, ouate de cellulose, menuiseries bois ou bois/alu), qui sont peu consommateurs d’énergies fossiles pour leur fabrication et relèvent souvent de filières locales ou régionales. ÉCORÉNO’V concerne aussi le parc de logement social, avec des aides aux bailleurs pour atteindre le niveau BBC, qui peuvent aller jusqu’à 5 000 € par logement.

Au 30 septembre 2019, plus de 11 500 logements ont été financés pour une rénovation énergétique ambitieuse, dont 6 700 dans le parc privé – essentiellement en copropriétés – et près de 5 000 logements sociaux, représentant près de 30 millions d’euros de subvention versés par la Métropole. Plusieurs villes ont aussi mis en place des aides complémentaires (Lyon, Villeurbanne, Vénissieux, Saint-Priest). 

L’ensemble de ces opérations a généré près de 185 millions d’euros de travaux, assurés en grande partie par des entreprises locales. Les principaux travaux sont l’isolation des façades (isolation thermique par l’extérieur), des toitures, des combles et des planchers bas, les menuiseries, les équipements de chauffage et de ventilation…

Voir PDF :

pdf

Le coût moyen des travaux varie de 7 000 à 17 000 € de travaux en copropriété, de 27 000 à 47 000 € en maison, selon le niveau de performance visé et l’état initial du bâtiment. Près de 80 autres copropriétés ont prévu de voter des travaux en fin d’année (6 000 logements). Les aides de la Métropole et des communes sont cumulables avec le crédit d’impôt et les aides de l’Agence nationale de l’Habitat (ANAH), versées sous critères de ressources aux ménages modestes. 14% des ménages aidés par ÉCORÉNO’V ont bénéficié d’aides de l’ANAH. SOLIHA est le partenaire de la Métropole pour accompagner les ménages modestes.

De nombreux acteurs sont impliqués dans ÉCORÉNO’V et ont signé la Charte ÉCORÉNO’V pour faire connaître le dispositif, proposer des améliorations, partager les expériences : architectes, maîtres d’œuvre, économistes de la construction, fédérations professionnelles (FFB, CAPEB, CMA), fédérations de syndics, énergéticiens, banques, associations (ADIL, CAUE…), chambre des notaires…, et, en 2019, le Plan Bâtiment durable.

La politique ÉCORÉNO’V étant désormais bien installée sur le territoire, il s’agit maintenant de massifier la rénovation de l’habitat, mais aussi de viser celle des bâtiments tertiaires, pour amplifier les réductions de consommation et d’émissions de gaz à effet de serre et ainsi répondre aux enjeux climatiques. C’est pourquoi le Schéma directeur des énergies (SDE) approuvé par le conseil de la Métropole en mai 2019 prévoit la rénovation de 20 0000 logements par an d’ici 2030, dont 10 000 financés par ÉCORÉNO’V. La rénovation des collèges, patrimoine important de la Métropole, est aussi prévue. Tout cela nécessitera d’augmenter considérablement les budgets et les moyens humains affectés à ces politiques ambitieuses et indispensables pour réussir la transition énergétique de notre métropole et en faire un territoire durable, solidaire et de la qualité de vie.

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail