Le Domaine Guigal


logoLe Domaine Guigal fut fondé en 1946 par Etienne Guigal à Ampuis, petit village antique et berceau de l’appellation Côte-Rôtie. Il abrite un vignoble unique où la vigne et le vin sont célébrés depuis 2400 ans. Arrivé en 1924 à l’âge de 14 ans, le fondateur a vinifié 67 récoltes Découvrir le site : http://www.guigal.com/fr/

Guigal Marcel

Autodidactes: Marcel Guigal, lauréat Rhône-Alpes Auvergne 2015

Organisées par le Harvard Business School Club de France et Mazars, les Victoires des Autodidactes ont pour objectif, depuis 1989, d’honorer les performances réalisées par des chefs d’entreprise ou dirigeants qui n’ont pu bénéficier de l’enseignement supérieur. Pour cette vingt-cinquième édition, le jury a distingué Marcel Guigal, Directeur Président général de E. Guigal SAS, installé à Ampuis, dans le Rhône. Marcel Guigal, représentera donc Rhône-Alpes Auvergne lors de la finale nationale, à Paris, début 2016.

Marcel Guigal est à la tête, selon le classement du prestigieux magazine Drinks International, de la troisième cave la plus admirée de France, cinquième européenne et neuvième dans le monde. Le Domaine Guigal vinifie et élève dans ses caves à Ampuis les appellations septentrionales de la Vallée du Rhône. L’élevage des grandes appellations méridionales Châteauneuf-du-Pape, Gigondas, Tavel et Côtes-du-Rhône est également assuré dans ces mêmes caves. Philippe, quarante ans, le fils de Marcel et Bernadette, et sa femme Eve, ont rejoint leurs parents à la direction de l’établissement. Les Guigal sont à la tête d’une exploitation de 74 hectares, qui a produit, en 2014, quelque 7 millions de bouteilles et emploie 29 personnes. Le chiffre d’affaires dépasse les 50 millions d’euros, dont la moitié est réalisée à l’export (Etats-Unis, Japon, Canada).

Le Prix du dynamisme entrepreneurial en Rhône-Alpes Auvergne 2015 revient à Laurence et Jean-Pierre Capossele, respectivement cogérante et confondatrice de Cetup, et Président-Directeur général, confondateur de Cetup, société de transport urgent et personnalisé de marchandises, installé à Saint-Egrève en Isère (15 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014).

Le Prix Coup de cœur est quant à lui attribué à Christophe Bernard, Président-Directeur commercial, fondateur de Lezampoul, société de négoce en BtoB composée exclusivement de vendeurs sédentaires, sur un marché de niche : l’éclairage intérieur. Le siège social de Lezampoul se situe à Lyon dans le Rhône (6,8M€ de chiffre d’affaires en 2014).

L’autodidacte dyonisiaque

Il est à la tête, selon le classement du prestigieux magazine Drinks International, de la troisième cave la plus admirée de France, cinquième européenne et neuvième dans le monde. Marcel Guigal vit sa vie comme un rêve dont les principaux protagonistes seraient les membres de sa famille. Dans son bureau du Château d’Ampuis que partagent sa femme, son fils et sa belle-fille, une maquette du Concorde trône, symbole d’une France qui a régné en maître sur l’aéronautique mondiale ; tout autour de lui, 74 hectares de vignes d’exception, autre symbole de la France qui réussit sur les marchés internationaux.

Une histoire familiale

« Avant tout, prévient d’emblée Marcel Guigal, la réussite de l’entreprise est une réussite familiale. C’est un immense bonheur que de savoir que mon fils Philippe, brillant œnologue qui a fait les études que je n’ai pas pu faire, représente la troisième génération de Guigal à la tête du domaine. J’avais une admiration sans bornes pour mon père Etienne ; je voue désormais la même à mon fils. »

L’histoire entrepreneuriale de Marcel Guigal commence en 1961. Le jeune homme a dix-sept ans lorsque son père Etienne est brutalement frappé d’une cécité totale.   A la tête d’un domaine qu’il a fondé en 1946, à Ampuis, berceau de l’appellation Côte-Rôtie où la vigne et le vin sont célébrés depuis plus de deux millénaires, Etienne doit céder les rênes de l’entreprise et du domaine de quelques hectares à Marcel, qui toute sa vie durant, n’aura de cesse de le développer et de le faire connaître à travers le monde.

Son premier combat, Marcel le livre à dix-huit ans, seul contre la commission d’enquête du plan d’urbanisme qui souhaitait classer l’ensemble des terres viticoles de la commune pour en faire des terrains à bâtir. La lutte est longue, dure trois ans, mais le jeune homme sauve les vignes de Côte-Rôtie. En 1973, sa femme Bernadette le rejoint à l’exploitation de l’établissement. Ensemble, ils vont travailler à l’épanouissement de l’entreprise. En 1984, Joseph Vidal-Fleury, célèbre vigneron d’Ampuis, à la tête d’un domaine prestigieux, s’éteint : cette perte va constituer la première opération de croissance à l’actif de Marcel Guigal. En effet, la fille du défunt s’est tout naturellement tournée vers les Guigal pour le rachat de l’entreprise. Il faut dire que les deux maisons sont intimement liées. C’est chez Vidal-Fleury qu’Etienne, le père de Marcel, a appris le métier, dans les années 1924-1940. Destiné à une vie d’ouvrier dans la Loire, Etienne Guigal tombe amoureux d’Ampuis et parvient à se faire embaucher par Joseph Vidal-Fleury en tant que vigneron. Gravissant les échelons et étant devenu maître de chai, sous son ère l’entreprise se développe grandement, et recrute. Quarante ans plus tard, au rachat de Vidal-Fleury, les employés qui avaient été embauchés par Etienne Guigal avant son départ vers sa propre exploitation, retrouvent un autre Guigal, Marcel. Les établissements Vidal-Fleury conservent, aujourd’hui encore, une entière autonomie commerciale et technique.

L’année 1995 est marquée par l’acquisition du Château d’Ampuis. Tout un symbole : la mère de Marcel y avait travaillé comme employée dans sa jeunesse. Le Château d’Ampuis est depuis devenu le siège social de la Maison Guigal tandis que les bureaux et caves sont restés dans l’antique petit village d’Ampuis.

En 2001, le domaine Guigal reprend l’ancien Domaine Jean-Louis Grippat, à Saint-Joseph et en Hermitage ainsi que l’ancien Domaine de Vallouit en Côte-Rôtie, Hermitage, Saint-Joseph et Crozes-Hermitage.

Dernière opération en date : la famille Guigal acquiert en 2006 le Domaine de Bonserine et l’épaule dans son développement. Comme les établissements Vidal- Fleury, le Domaine de Bonserine reste indépendant du Domaine Guigal.

Aujourd’hui, le Domaine Guigal vinifie et élève dans ses caves à Ampuis les appellations septentrionales de la Vallée du Rhône. L’élevage des grandes appellations méridionales Châteauneuf-du-Pape, Gigondas, Tavel et Côtes-du-Rhône est également assuré dans ces mêmes caves. Philippe, quarante ans, le fils de Marcel et Bernadette, et sa femme Eve, ont rejoint leurs parents à la direction de l’établissement : « Ma fierté est de savoir que Philippe s’est fait un réel prénom dans ce milieu marqué par son père et son grand-père. Il a eu la chance de pouvoir suivre des études d’œnologue et d’être diplômé par l’Office International de la Vigne et du Vin avec la mention « très bien ».

L’image de la France

Aujourd’hui, les Guigal sont à la tête d’une exploitation de 74 hectares, qui a produit, en 2014, quelque 7 millions de bouteilles et emploie 29 personnes. Le chiffre d’affaires dépasse les 50 millions d’euros, dont la moitié est réalisée à l’export (Etats-Unis, Japon, Canada). « Avec l’aéronautique et l’industrie du luxe, le vin et les spiritueux véhiculent une part importante de l’image de la France à l’étranger. C’est là encore une grande fierté. »

D’autant que l’homme aime voyager ! En voiture (Marcel Guigal aime tellement les voitures qu’il les collectionne… en miniatures) mais aussi dans les mythiques avions et bateaux qui ont fait le prestige du pays : le Concorde, sur lequel il a souvent voyagé, ou encore le France qu’il s’est promis de reprendre dès que sa nouvelle version sera mise à l’eau. Marcel Guigal est également passionné d’architecture et de rénovation.

 En février 2016, son domaine comportera d’ailleurs une deuxième cave, de 52 mètres de long. Les premiers mètres carrés du petit caveau où s’activait Etienne Guigal, semblent désormais loin. Mais l’âme de la famille Guigal est bien encore présente en ces lieux qui abritent discrètement des vins d’exception.

Son histoire mériterait un livre, que plusieurs éditeurs se sont proposés de publier, de l’enfance difficile de son père jusqu’au succès international de ses cuvées. Discret, l’homme a préféré décliner les propositions. « Mon père m’a tout transmis par voie orale ; chaque soir, je l’emmenais se balader et c’est aussi comme cela qu’il m’a formé. Du coup, mon histoire, je la raconte, mais je ne l’écris pas », termine-t-il, un brin facétieux.

Marcel Guigal en bref 72 ans Marié, père d’un fils, Philippe, 40 ans, œnologue et Master OIV Passionné de grands vins, d’architecture, d’art, de voyages et d’automobiles.

Secrétaire général de la Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux de France. Conseiller de la Banque de la France jusqu’en 2014.

« Homme de l’année 2006 », selon la revue Decanter.

L’entreprise E. Guigal SAS Activité : production et commercialisation de vins fins de la vallée du Rhône. Les célèbres appellations du Domaine : Côte-Rôtie, Condrieu, Saint-Joseph, Hermitage, Crozes-Hermitage. Effectifs : 29 employés Structure juridique : SAS Date de création : 1946 Chiffre d’affaires 2014 : 53,2 millions d’euros (10% de croissance du chiffre d’affaires entre 2013 et 2014)

Suivez nous sur les réseaux sociaux :