Petit déjeuner 20 mars 2014 – Didier Saussier

Le Club de l’OURS a reçu le jeudi 20 mars 2014
 Didier SAUSSIER
Directeur GrDF Rhône Alpes et Bourgogne
sur le thème :
« Gaz réseau Distribution France (GrDF) :
un distributeur engagé dans la transition énergétique »
L’activité de GrDF, distributeur leader de gaz naturel en Europe (195 000 kilomètres de réseaux, 9 500 communes desservies et 11 millions de clients), est d’assurer la gestion du réseau de distribution de gaz en France. Cette activité s’articule autour de 3 missions :
  • Acheminer le gaz naturel en toute impartialité pour le compte de l’ensemble des fournisseurs,
  • Garantir la qualité, la sécurité et le développement du réseau de distribution,
  • Conseiller le client sur les usages performants du gaz naturel combiné avec les énergies renouvelables (EnR).

Cette activité s’exerce dans le cadre d’une régulation à 4 niveaux : un actionnaire (GDF SUEZ), le régulateur (la Commission de Régulation de l‘Energie),  les collectivités locales et, bien sur, le client final.

Notre engagement dans la transition énergétique est d’aider nos clients, collectivités locales et partenaires à consommer moins, mieux et renouvelable. Pour parfaire cet engagement, nous prônons 4 axes : la sobriété et l’efficacité énergétique, le développement des EnR (dont le bio méthane), l’utilisation du gaz naturel et du bio méthane dans le secteur transport / logistique et la complémentarité entre les différentes énergies.

La sobriété et l’efficacité énergétique sont atteintes grâce à des solutions innovantes de plus en plus efficaces telles les écogénérateurs, les chaudières hybrides ou les pompes à chaleur gaz (offrant un rendement de 170% grâce à la récupération d’énergie renouvelable). Nous proposons également, en partenariat avec les collectivités locales et nos partenaires, des offres rénovation pour plus de sobriété. Ainsi, l’offre « Rénogaz » permet des économies à l’usage en passant d’un chauffage décentralisé (sans chauffage central) au chauffage gaz naturel (avec ou sans chauffage central).

Le développement des EnR, dont le Bio méthane, présente des atouts indéniables. Produit à partir de la dégradation de matières organiques, le bio méthane s’inscrit dans une logique qui permet à un territoire de s’organiser, dans la durée, sur la voie de l’autonomie énergétique. Les projets sont particulièrement fédérateurs pour les acteurs d’un territoire (agriculteurs, industriels, pouvoirs publics) et créent des synergies locales inédites. De plus, l’injection de bio méthane permet de faire circuler une énergie verte et de valoriser les infrastructures qui sont la propriété des collectivités territoriales. Cette solution permet de régler en partie, le problème des déchets pour les collectivités locales et les agriculteurs et de créer des emplois non délocalisables.

Le Gaz Naturel Véhicule (GNV), et demain le BioGNV, sont de nouvelles utilisations performantes du gaz. Le GNV est une énergie économique et écologique (0 émission de particules fines). C’est le premier carburant alternatif dans le monde avec 18 millions de véhicules et, aujourd’hui, 50 % des villes de plus de 200 0000 habitants sont équipés de flottes de bus roulant au GNV. Demain, le BioGNV proposera un carburant renouvelable, produit localement à partir de déchets avec de très faibles émissions de gaz à effets de serre. Pour l’ADEME, le gaz sera la 1ère énergie du secteur transport / logistique en 2050.

Dans un avenir proche, le compteur communicant, permettra une meilleure maîtrise des consommations. Les objectifs majeurs sont d’améliorer la qualité de la facturation grâce à une facturation sur index réel et de développer la Maîtrise de la Demande d’Énergie (MDE) grâce à la mise à disposition plus fréquente de données de consommations. A plus long terme, les Smarts Gaz Grids (l’ensemble formé par le réseau de distribution proprement dit, associé aux technologies de l’information et de télécommunication) permettront une coopération des réseaux collectifs à la maille locale et une intégration croissante de gaz vert. L’objectif, dans le cadre de la transition énergétique, est qu’en 2050, plus de 70% du gaz acheminé soit d’origine renouvelable.

« 1 de 2 »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail