Petit déjeuner 8 mars 2012 – André Mounier

Le Club de l’OURS a reçu le Jeudi 8 mars 2012
Monsieur André Mounier
Président de la CCIT de Saint-Etienne-Montbrison
Sur le thème :
« La CCIT, le parlement économique des entreprises! »

André Mounier, la CCIT est reconnue comme l’acteur légitime du développement économique du territoire. Comment expliquez-vous cette position ? La Chambre est la seule institution à qui la loi confère une mission de développement économique exclusive.

Elle est la seule à être pilotée par ces praticiens de l’économie que sont les chefs d’entreprise. Elle a une connaissance unique du tissu économique dont elle assure le suivi depuis près de deux siècles. 178 ans après sa fondation, la Chambre est toujours pilotée par des chefs d’entreprise. Ils incarnent à leur tour la nouvelle économie du territoire : celle des PME et des PMI -PMI dont Saint Etienne abrite la plus forte concentration après l’Ile de France.

La Chambre leur propose ses expertises pour mieux commercer, s’ouvrir à l’international, à l’innovation, à la formation continue, à la création-reprise d’entreprises, à la gestion des contraintes environnementales.

Elle met à la disposition du territoire son Banc national d’Épreuve avec son laboratoire de résistance balistique des matériaux ; son aéroport, bientôt partagé avec les collectivités locales au sein d’un syndicat mixte ; son Ecole Supérieure de Commerce ; sa direction de la formation continue et des ressources humaines.

Cette précieuse valeur ajoutée est reconnue par la loi de 2010 réformant les CCI. En adjoignant l’adjectif « territoriale » aux CCI locales, la loi consacre leur ancrage et leur rôle de proximité, tant auprès des entreprises que des institutions de leurs circonscriptions. La Chambre de Saint Etienne Montbrison se positionne donc à bon droit comme le parlement économique des entreprises.

Qu’entend-on par développement économique du territoire ?

Le développement économique est toujours le fait des entreprises. Elles associent la force d’entraînement du dirigeant, son esprit d’initiative avec les compétences des salariés et leur capacité de mobilisation. L’histoire économique de Saint Etienne Montbrison, c’est celle de ces chefs d’entreprises et de ces salariés qui font notre tissu économique, avec ces entreprises du « CAC 42 » qui s’appellent :

Casino, 1ère entreprise privée de Rhône- Alpes, SNF Floerger, Haulotte, Zannier, ZF, GMD, Axletech, Eurotab, Becker, HEF, Thales Angenieux, Ganzoni, Clextral, Guilloteau, Nigay, Aiguebelle, Stéphanix, Tigex, Badoit, Desjoyaux, Focal, Gibaud, Justin Bridou, Obut, Pavé d’Affinois, Thuasne, Verney-Carron, Chocolaterie Aiguebelle et tant d’autres encore ! Aujourd’hui, les entreprises ont besoin d’être soutenues face à la concurrence mondiale et accompagnées dans une stratégie de développement devenue incontournable.

C’est tout le sens de la gouvernance, c’est à dire la coordination de tous les acteurs territoriaux : collectivités publiques, institutions économiques et sociales. Avec la réforme des CCI, cette gouvernance est en place entre les Chambres : la CCI de région Rhône-Alpes arrête la stratégie et en coordonne le déploiement, les CCI territoriales agissent localement. Sur le plan local, la Chambre travaille étroitement avec les collectivités publiques et ses partenaires du monde économique.

Plus loin encore, un pacte de gouvernance la lie à l’échelle de l’agglomération stéphanoise avec Saint Etienne Métropole, le Conseil régional, le Conseil général, la Chambre de Métiers. L’objectif est la mutualisation des expertises pour rendre plus efficiente l’action de développement dédiée aux entreprises.

Au-delà, la Chambre travaille spécialement avec l’Université Jean Monnet pour rapprocher le monde de l’entreprise et le monde de l’enseignement supérieur. C’est fondamental pour la compétitivité de notre bassin économique et la carrière professionnelle des jeunes.

Monsieur André Mounier1