Petit déjeuner 26 septembre 2013 – Thomas Chadoeurf-Hoedebecke

Le Club de l’OURS a reçu le jeudi 26 septembre 2013
Thomas Chadoeurf-Hoedebecke
Maire de Tarare
sur le thème :
« Le soleil se lève à l’Ouest ! »

Forte d’une localisation privilégiée, Tarare devient avec l’ouverture de l’A89 une porte ouverte sur l’Ouest de Rhône- Alpes et sur le Massif central. Peu de territoires peuvent se prévaloir d’être à 30 mn de Lyon, 40 de Saint-Etienne et 1 h de Clermont-Ferrand en voiture, tout en disposant d’une ligne SNCF la plaçant à 35 mn de Part-Dieu et 25 de la gare de Roanne. Aujourd’hui, cette ville de près de 11 000 habitants permet de rayonner sur l’Ouest de Rhône-Alpes, tout en profitant de la proximité du Grand Lyon.

Cette localisation privilégiée lui avait déjà permis de connaître une période florissante, dès le XIXe siècle, grâce au savoir-faire des industriels du textile qui avaient fait de Tarare la cité des mousselines et la capitale du rideau. Malgré la crise, la ville reste un pôle important dans l’impression et l’ennoblissement.

Ce savoir-faire local s’exerce aussi dans la construction navale, puisque Méta, le constructeur des Joshua de Bernard Moitessier fêtera cette année ces 5O ans. La ville a été aussi le lieu de l’invention du Taraflex, surface bien connue des sportifs de tous les continents. La société Gerflor y est d’ailleurs toujours présente, avec des unités de production et de recherche.

Plus récemment, la ville s’est développée dans l’agroalimentaire (avec une société spécialisée dans les plats préparés asiatiques – Agis- ou l’arrivée d’une brasserie artisanale à forte notoriété : le Ninkasi) ou dans l’innovation grâce à l’installation d’une société spécialisée dans les murs végétalisés (Canévaflor).

Ce renouveau récent, Tarare le doit à une politique forte de développement urbain. La rénovation du bâtiment des Teintureries de la Turdine en est le meilleur exemple.

Cette friche industrielle marqua longtemps l’entrée de ville. Aujourd’hui rénovée, accueillant une maison des entreprises regroupant les antennes de la CCI et de la CMA, des activités tertiaires, un espace de restauration- concert et une brasserie, elle symbolise le renouveau de Tarare, mêlant action patrimoniale et développement économique.

Le parti pris local a été d’investir dans l’urbanisme pour redresser l’image de la ville et ainsi d’attirer de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises, de nouveaux services. Plan local d’urbanisme innovant, projet d’éco quartier en entrée de ville, rénovation urbaine des quartiers d’habitat social, toutes ces actions ont permis de déterminer quatre zones de construction pour accueillir les 650 logements attendus à Tarare dans les 15 ans qui viennent.

Des promoteurs commencent déjà à se manifester, mais les projets sont encore à façonner, pour s’intégrer à la logique de développement locale.

Une politique qui table aussi sur les services, cinéma, théâtre, équipements sportifs ou services de santé puisque Tarare a sauvé son hôpital grâce à la création d’une communauté hospitalière de territoire avec Villefranche. Dans quelques années, la ville disposera même d’un hôpital flambant neuf.

De bonne augure pour une ville qui s’appuie sur les services et la qualité de vie pour sortir de la crise et offrir un nouvel avenir à ses habitants.

 

 

 

Suivez nous sur les réseaux sociaux :
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail