Petit déjeuner 14 avril 2011 – Jean-Marie Busseuil

Le Club de l’OURS a reçu le jeudi 14 avril 2011
Jean-Marie Busseuil
Président de la MIPRA
Sur le thème :
Le développement économique régional : le rôle de la MIPRA (Mission Ingénierie et Prospective Rhône-Alpes)

Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, a écrit à Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Ministre de   l’écologie, du développement   durable, des transports   et du logement, et à   Eric BESSON, Ministre chargé   de l’industrie, de l’énergie   et de l’économie numérique,  pour les interpeller   sur le gel de 2 projets de   centrales photovoltaïques   en Ardèche. Leur réalisation se trouve aujourd’hui stoppée suite au moratoire sur le photovoltaïque décidé par le Gouvernement en décembre   2010, et que l’arrêté du   5 mars 2011 encadrant la   production d’électricité photovoltaïque   n’a pas permis   de relancer. En effet, cet   arrêté plafonne chaque année   en France à 500 MWc la   puissance des projets susceptibles   d’être raccordés   au réseau par les pouvoirs   publics.   PHOTOWATT, RAMPA  et INEO pénalisés Le Président de la Région   Rhône-Alpes souhaite attirer   l’attention du Gouvernement   sur les conséquences   économiques de ce coup   d’arrêt : des entreprises   telles que PHOTOWATT qui   perd le marché de la fourniture   de panneaux pour la  CNR au Pouzin et à Orgnac   l’Aven (6 M€) alors qu’elle   vient de licencier 230 personnes   à Bourgoin-Jallieu à   cause de la baisse d’activité.   RAMPA et INEO, pour un   marché de 2 M€ risquent   d’être lourdement pénalisées   et leurs emplois également   menacés.   Jean-Jack QUEYRANNE rappelle que « Rhône-Alpes est   une région en pointe sur le   solaire. Nous avons construit   ici avec l’ensemble des   acteurs une véritable filière   industrielle régionale.

La   sortie du moratoire n’a rien   réglé. Ce sont aujourd’hui   des entreprises de Rhône-   Alpes qui risquent de faire   les frais du désintérêt du   Gouvernement pour le développement   des énergies   renouvelables, et en particulier   pour le solaire. Des   centaines d’emplois sont   également menacés. »   Photovoltaïque : Arrêt de 2 projets en Ardèche  LYON LA BUIRE-PART-DIEU : les nouveaux projets LE MIPIM (Marché International   des Professionnels de l’Immobilier),   qui s’est tenu à   Cannes, a permis à Gérard   Collomb, le Pdt du Grand   Lyon, de présenter les derniers   grands projets d’aménagement   du quartier de la Part   Dieu, avec dans sa partie Sud,   la ZAC LABUIRE. Avec le soutien du Grand   Lyon, déjà 80% de la Zone   d’Aménagement concerté (ZAC)   a été réalisé.

La deuxième et   dernière tranche de ce nouveau   quartier qui accueillera à   terme 4 000 emplois et 2 800   nouveaux habitants comportera   plusieurs bâtiments   Gecina et CIC Lyonnaise de   Banque développent au travers   de la SAS Labuire Aménagement   le nouveau quartier   de La Buire, situé au coeur de   La Part-Dieu, 2eme pôle d’affaires   de France. Ce nouvel   ensemble architectural de 5   hectares, dans le 3ème arrdt de   Lyon, se finalise avec plusieurs   projets nouveaux dans les 3   prochaines années.   Les nouveaux projets – Le VELUM : superbe immeuble   de bureaux réalisé par   Gecina et signé avec innovation   et ambition par l’architecte   Franck Hammoutène.

La totalité de l’immeuble a   été loué à une société du Cac   40 grâce à Jones Lang   Lasalle, conseil des deux parties   dans cette opération. Il   offrira des services haut de   gamme (auditorium pouvant   accueillir 170 personnes, fitness,   restaurant, bar lounge   ouvrant sur un jeu de bassins,   de plantes et d’ombres…).   Soit 15 100 m2 de   bureaux sur 6 étages, autour   de deux jardins suspendus,   aux normes BBC® (Bâtiment   Basse Consommation) dont   les travaux de dépollution   des sols ont commencé et la   première pierre devrait se   faire en Septembre 2011.   – Un immeuble de 8 000 m2 et   deux lots de 4 000 m² (shon)   de bureaux développé par   UTEI où sera installée la   SHAM (Société Hospitalière   d’Assurances Mutuelles), entre   l’Avenue Félix faure et la   rue Danielle Faynel-Duclos.   Les travaux commenceront   au second trimestre 2011   pour une livraison prévue le   premier trimestre 2013.

1 000 m² seront destinés à  des surfaces commerciales au  rez-de-chaussée. Un immeuble de logements sociaux de 5  000 m2 réalisé   par Grand Lyon Habitat. Un   bâtiment, Le Zéphir, situé rue   de l’Abbé Boisard, comportera   une crèche de 770 m² en   rez-de-chaussée avec une   terrasse extérieure et un jardin.   Il s’agit d’un programme   de 39 logements sociaux   avec 41 places de parking.

La   livraison est prévue en septembre   2011. L’autre bâtiment   réalisé par le Grand-   Lyon, le long de l’Avenue   Félix Faure, comprendra 49   logements avec des locaux   associatifs en rez-de-chaussée.   Le terrain était occupé   par l’association « Théâtre   des Asphodèles », qui a été   relocalisée provisoirement au 115, avenue Lacassagne,   avec engagement de réaliser   pour cette association 700 m²   de locaux. La livraison est   prévue en avril 2013   – Un ensemble résidentiel de   15 000 m2 réparti en trois lots   qui ont fait l’objet d’un   concours, dont les lauréats   ont été révélés en présence   du maire de Lyon sur le stand   d’OnlyLyon à Cannes.   Les équipes choisies F13 : Dusapin et Leclercq   (architectes) avec Constructa,   rue Danielle Faynel-Duclos, en   face du Parc Jacob Kaplan. Le   début des travaux est prévu   en fin d’année 2011 pour une   livraison prévue le 1er semestre   2013. Ce bâtiment comportera   20 logements sociaux et 49 logements en accession privé,   allant du T1 au T5. Il y aura 50   % de vente et 50 % de locatif.   Particularité de ce bâtiment :   sa « façade légère bois ».

F14 : Benoît Crepet (architecte)   avec Nacarat, à l’angle   de la rue Danielle Faynel-   Duclos et de la rue de la Bannière,   en face du Parc Jacob   Kaplan. Le début des travaux   est prévu en 2012 avec une   livraison en 2013. Le nom de   ce bâtiment sera « Imagine ! »   et comportera 55 logements   (50 % en locatif et 50 % en   accession), sur un total de 3   500 m². Les appartement iront   du T1 (34 m²) au T 5 (149 m²).   Prix du m² : environ 4 500 €   L’architecture se voudra résolument   moderne avec des loggias   fermées et une façade   aux lignes pures et légères.   F23 : SOHO (architectes) avec   UTEI, rue Danielle Faynel-   Duclos, en face du Parc Jacob   Kaplan. Les travaux de ce bâtiment de 3 900 m² comportera   59 appartements, du T1 au T5   avec un prix de vente inférieur   à 4000 € / m². Il y aura un bâtiment   de 39 appartements à la   vente et un bâtiment de 20   appartements sociaux locatifs.

Particularité de ce bâtiment :   « pierre agrafée en façades »,   label BBC Effinergie.   Cet ensemble comprendra   environ 5 000 m2 de logements   sociaux et sera orienté   au sud sur le très beau Parc   Jacob Kaplan, qui a été plusieurs   fois primés (Prix CAUE   du Rhône 2008 « Aménagement   urbain paysagé » et   Prix spécial du Public lors de la   1ère édition du Grand Prix de   l’Architecture, de l’Urbanisme et de l’Environnement du   Rhône). Avec l’attribution des trois   derniers lots résidentiels se   termine la commercialisation   de la deuxième et dernière   tranche de la ZAC de Labuire   Tous les bâtiments de ce nouveau   quartier seront réalisés   selon les normes Haute Qualité   Environnementale (HQE®)   et Bâtiment Basse Consommation   (BBC ®).   La vie des territoires n° 274 du 11 au 17 avril 2011 AVEC ALAIN BARRELLE 4 LE FAIT DE LA SEMAINE Logements sociaux   Grenoble a franchi   le seuil des 20% Près de 13 000 ménages grenoblois   vivent dans des   logements aidés, construits   et gérés à l’issue d’un travail   partenarial associant la Ville   de Grenoble, les bailleurs,   les promoteurs et la Communauté   d’agglo. Malgré les difficultés à surmonter,   le parc social se développe   et se modernise répondant   ainsi à une forte   volonté politique de la majorité   municipale grenobloise.

300 logements sociaux   sont en moyenne livrés annuellement   dans notre ville   ce qui représente 40% des objectifs de production fixés   par le Programme Local de   l’Habitat d’agglomération.   Ainsi et parmi les 11 communes   de la Métro astreintes   qui ne remplissaient pas   l’obligation en 2000*, Grenoble   est la seule à franchir   le seuil des 20%.*La loi SRU   (Solidarité et Renouvellements   Urbains) entrée en   vigueur en 2000 impose aux   communes un seuil de 20%   de logement sociaux. Les   communes qui ne respectent   pas ce seuil sont soumises à   des amendes.   Lors du premier trimestre   2011, la commande passée par   le Conseil Régional Rhône-   Alpes à la MIPRA s’est structurée   autour de deux politiques :   celle de l’aménagement du   territoire et celle de l’enseignement   supérieur et de la   recherche. Aussi, depuis le 1er janvier 2011,   la MIPRA a rencontré 83 organismes   et accompagne ou   assure directement l’instruction   de 20 projets de développement   pour les territoires de   Rhône-Alpes.   Ces projets feront l’objet d’une   présentation dans Vox Rhône-   Alpes tout au long de l’année   au travers des prochaines   rubriques MIPRA ou sur notre   site Internet www.mipra.fr.

Dans l’Ain 1. Création à Ferney-Voltaire   de l’Institut International   du Livre et de la Librairie.   C’est la rencontre du   monde universitaire, de   chercheurs, des bibliothèques   et des professionnels   du monde de l’édition   et du livre.   2. Développement de la   filière bois : projet d’implantation   d’une unité de   production de biocarburants   à partir de déchets   forestiers non valorisés   aujourd’hui et mise en   place de formations liées   au bois énergie.

Dans l’Ardèche  3. Développement de l’Ecocampus   Rhône-Alpes Sud :   projet de création de formations   en alternance dédiées   à la prise en compte   du développement durable   dans les travaux publics.

Dans la Drôme 4. Création d’un organisme   de certification des puces   et lecteurs de traçabilité,   dans le cadre d’un partenariat   entre le Laboratoire   National d’Essais, le Pôle   National de Traçabilité et   l’ESISAR (école d’ingénieurs   du Groupe Grenoble INP).

5. Création à Biovallée d’une   unité de production de biopousses   (soja notamment),   afin de répondre aux   besoins de la communauté   asiatique installée en   France tout en intégrant   une réflexion sur les enjeux   liés au bilan carbone et à la   traçabilité des produits alimentaires.

6. Développement d’une filière   chanvre en Rhône-   Alpes :depuis la production   agricole jusqu’à la transformation   industrielle sur les   différents débouchés :   agroalimentaire, cosmétiques,   matériaux et écoconstruction.

7. Implantation en Rhône-   Alpes d’éco parcs d’activités   économiques et artisanales   en Drôme par le   groupe PARC ECO +.

8. Fondation « Santé, Environnement,   Société » du   Pôle Ecotox : sensibilisation   de partenaires privés à la   Fondation, dont la mission   sera de financer les équipements   spécifiques et les   projets de recherche du   Pôle national de recherche,   d’expertise et de formation   en toxicologie environnementale   et éco-toxicologie   de Rovaltain.

9. Plateforme pédagogique   Biovallée® dédiée au développement   durable et à la   gouvernance des territoires.   Centre de formation   implanté à Crest (Drôme)   orienté vers les personnels   de la fonction publique territoriale   ou d’Etat concernés   par ces questions.

10. Reconnaissance de   Biovallée en tant qu’observatoire   national de la biodiversité   du CNRS et accueil   de manifestations scientifiques   organisées par l’académie   des technologies.

11. Réponse à l’appel à projets   de l’Etat sur les Pôles   d’Excellence Rurale, proposant   le développement sur   la vallée de la Drôme d’un   réseau de sept télécentres   (accueil des télétravailleurs   et des professions liées aux   TIC)

12. Soutien au développement   d’un réseau européen lié à   la logistique des contrôles   anti-dopage, à partir de   l’Association AFT – Athletes   For Transparency implantée   à Rovaltain

Dans la Haute-Savoie 13. Annemasse : « Davos » des   Droits de l’Homme. La   MIPRA a proposé une liste   des ONG particulièrement   orientées sur les Droits de   l’Homme, comme Amnesty   International. Le GIP prend   contact avec ces organisations,   avec le double objectif   : d’identifier leurs projets   de développement et   de les informer de la politique   du GRPA Rhône-   Alpes sur la thématique de   la solidarité.

14. FIRC : La FIRC dispose d’un   catalogue de 120 produits   de formation pour 11 000   personnes, c’est le LEARNING   NETWORK. Par ailleurs,   elle souhaite développer   des outils de langage   (français, anglais,   arabe, espagnol) : pour ce   faire des protocoles   devront être développés en   langue française.

15. UNHCR : création d’une   plateforme logistique. Pour   l’année 2011, de nouvelles   prérogatives ont été attribuées   au HCR liées aux   catastrophes naturelles et   aux réfugiés climatiques   qui seraient environ 10 millions   dans le monde. Dans   ce but, une nouvelle plateforme   logistique pourrait   voir le jour car les 2 sites   existants en Turquie et au   Danemark, ne suffisent pas   à couvrir les besoins logistiques   que doit développer   le HCR.

16. Création à Annemasse d’un   pôle sanitaire et social   dédié à la personne âgée.   La problématique posée   par le vieillissement de la   population passe par une   bonne prise en charge des   personnes qui doivent être   aidées, qu’il s’agisse de   répondre à leurs besoins au   domicile ou en institution.   Dans l’Isère

 17. Organisation d’une rencontre   des Grands Projets   Rhône-Alpes autour du   thème de l’écoconstruction   afin de constituer un   réseau régional et favoriser   les synergies et projets collectifs   entre les différents   pôles de compétences   actuels ou en devenir   (matériaux en Nord-Isère,   solaire en Savoie, écoconstruction   dans la Drôme et   l’Isère, etc….).

Dans la Loire 18. Création à Roanne d’une   plateforme dédiée à la   déconstruction, au recyclage   et à la valorisation de   matériels de transport hors   d’usage : identification et   sensibilisation des partenaires   industriels potentiels.

19. Développement à Saint-   Etienne d’activités à dimension   européenne liées aux   armes, à partir des compétences   stéphanoises existantes,   intégrant les dimensions   industrielle, normative   et évènementielle.

20. Développement dans la   Loire d’une plateforme   technique nationale de formation   pour les techniciens   et opérateurs d’abattoirs.   Les vingt projets de la MIPRA, par Jean-Marie BUSSEUIL,  Pdt du GIP Mission Ingénierie   et Prospective Rhône-Alpes (D.R.) Le Grand Lyon a été primé   « Ville d’avenir » aux Trophées   Eco Actions grâce au   projet de rénovation lourde   du Tunnel de la Croix-Rousse   qui prévoit la création   d’un tube de sécurité, dédié   aux modes de transports   doux. Une quinzaine d’opérations   ont été primées parmi les   290 dossiers reçus cette   année, déclinant les thématiques   environnementales   sous toutes leurs formes.

L’association Les Eco Maires   organise depuis 20 ans les   Trophées Eco Actions et récompense les actions les plus remarquables en matière   de développement durable.   Le Grand Lyon   « Ville d’avenir » FREILOT est un projet européen   expérimenté dans 4   grandes villes européennes : Bilbao (Espagne), Cracovie (Pologne), Helmond   (Pays-Bas), et Lyon (à travers   le Grand Lyon et la Ville de Lyon). Ces villes ont mis en oeuvre   des systèmes pour rendre les infrastructures intelligentes afin d’optimiser la chaine de livraison de marchandise et en conséquences   diminuer la consommation   des camions. Ce projet a donc pour ambition   de réduire la consommation   d’énergie et les   émissions de polluants des   transports de marchandises   en ville en adaptant leur   vitesse de circulation, en   réduisant leur temps d’arrêt et d’accélération par la régulation des feux. Que ce soit pour maîtriser   les impacts sur l’environnement du transport, ou pour améliorer sa compétitivité, collectivités comme transporteurs ont besoin fondamentalement   d’améliorer   l’efficacité du transport. C’est pourquoi Freilot réunit   dans un même consortium   plusieurs villes et   transporteurs européens,   associés à des industriels et   des laboratoires de recherche, pour faire progresser cette recherche d’efficacité.

Projet Freilot Pour tout contact : www.mipra.fr — tél: 04 78 95 93 10

Suivez nous sur les réseaux sociaux :