Jeudi 29 novembre – Paul Minssieux


Paul Minssieux - Maire de Brignais est intervenu au petit-déjeuner du Club de l'OURS le 29 novembre sur le thème :

"Regard d'un maire sur l'urbanisation de sa ville"

  • La spécificité d’une commune péri-urbaine aux abords d’une grande métropole

Brignais est une ville de 11 500 habitants située à 15 km de Lyon. Elle bénéficie d’une situation géographique intéressante au niveau des infrastructures de desserte. Elle se caractérise par un équilibre du territoire entre habitat, activités économiques et espaces naturels, ce qui la rend particulièrement attractive et dynamique. Offrant une vraie qualité de vie à ses habitants, Brignais connait actuellement une pression foncière et un engouement des promoteurs marqués. Bien que valorisante, cette pression doit être maîtrisée par la commune, garante du maintien de cette qualité de vie.

  • L’influence du contexte de l’urbanisation

Un maire subit dans le cadre de la gestion de l’urbanisation de sa ville, nombre de facteurs extérieurs :

– Les évolutions législatives: taux de logements sociaux, durcissement des réglementations environnementales, objectifs imposés de croissance, politique de densification des centre villes… C’est à lui de jongler avec toutes ces normes difficilement conciliables, voire parfois contradictoires.

– La conjoncture économique : une des plus importantes difficultés repose sur la gestion de la temporalité du phénomène d’urbanisation. La conjoncture impose son rythme, faisant alterner des périodes de pics et de creux de la construction ; conjoncture qu’il est difficile d’anticiper pour un maire. Or, la temporalité de l’urbanisation est essentielle pour la gestion de ses conséquences.

  • L’anticipation des conséquences de l’urbanisation

Tout en restant attentif aux formes d’urbanisation de sa ville, le maire doit en outre anticiper ses conséquences : déplacements, équipements publics, calibrage des réseaux représentent les véritables enjeux d’une urbanisation raisonnée et cohérente. A l’heure où les ressources financières des collectivités connaissent une baisse drastique, ces problématiques deviennent primordiales.

Brignais doit en outre faire face à un risque touchant une grande partie de son territoire : les inondations. Ce risque accentue la responsabilité du maire et induit de vraies conséquences sur la constructibilité : prescriptions supplémentaires importantes (pas de sous-sols, gestion des eaux pluviales…), voire inconstructibilité.

  • Le Plan Local d’Urbanisme, un outil majeur mais strictement encadré

L’outil principal de maitrise de l’urbanisation est le PLU. Toutefois, il a ses limites : dernière strate d’une pyramide des normes, il doit se conformer aux nombreuses législations et prescriptions supra-communales. En outre, il doit tenter d’anticiper les fluctuations du marché, exercice relevant souvent de la « boule de cristal » ; sans compter que le PLU est arrêté à un instant T de l’état de la législation qui est par nature en perpétuelle évolution.

  • La concertation avec les habitants

Un maire est le garant de la qualité de vie de ses habitants. Les périodes d’urbanisation importante déstabilisent une partie de la population, satisfont l’autre partie. Elles transforment également la ville par l’évolution des formes urbaines de quartiers entiers. Le renouvellement urbain, prôné par la loi, a de lourdes conséquences sur l’harmonie de la vie collective.

Il est donc primordial que le travail des professionnels de l’immobilier se fasse en lien étroit avec les municipalités. La volonté de maitriser un foncier est bien compréhensible. Toutefois, sans discussion préalable avec les services urbanisme, elle peut conduire parfois à des aberrations entre les propositions financières faites aux propriétaires et la réalité de la constructibilité sur leurs parcelles. Un travail commun en amont permet à tous les intervenants de gagner du temps et de gérer en amont à la fois les problèmes de voisinage et le ressenti des habitants face à l’urbanisation.

Suivez nous sur les réseaux sociaux :